Little Mamma

Mon post-partum

Le post-partum ou suite de couche est un sujet peu abordé lors d’une grossesse. Selon moi, il est nécessaire que chaque future maman soit parfaitement au courant de ce qui va lui arriver après la naissance de son enfant. Il s’agit tout de même d’une période allant de la fin de l’accouchement (naissance) jusqu’au retour des règles.

A savoir : 

Le post-partum dure jusqu’à environ six semaines après la naissance. Si tu es en allaitement exclusif, la durée de celui-ci se verra allongé de plusieurs semaines.

Comme je suis en allaitement mixte depuis la naissance de la petite, je suis encore en plein dans cette période. (Tant mieux car les règles ne me manquent pas duuuuuu tout !)

Dans mon cas, je m’étais pas mal renseignée sur tous ces séismes que j’allais vivre. Comme ça, pas de surprise, du moins pas trop !

Du coup, voici quelques infos sur les bouleversements physiques et psychologiques pour que toi aussi tu sois préparée à cette période tout aussi importante que l’accouchement – je te parlerai aussi de mon expérience personnelle comme toujours.

 

Le marathon physique du corps

La délivrance placentaire

Une vingtaine de minutes après l’accouchement, j’ai ressenti de nouvelles contractions : c’était le moment de la délivrance placentaire.

Le placenta et les membranes n’ayant plus raison d’être après la naissance de l’enfant, le corps les expulse naturellement. Pour cela, il faudra de nouveau pousser. Mais c’est clairement incomparable aux poussées précédentes, cela semble tellement plus simple après tant d’efforts. Ça se fait plutôt rapidement je crois. (Comme je n’avais aucune notion du temps à ce moment là …)

Tout se fait sous la surveillance d’une sage-femme qui vérifie, une fois l’expulsion terminée, que le placenta est intact pour éviter toute complication.

Pour celles et ceux qui se poseraient la question : oui nous avons vu, Pierre et moi, le placenta et ce n’était pas si répugnant que cela. Et non, je ne l’ai pas mangé (ça va pas la tête ?!)

 

L’épisiotomie

Si comme moi ton périnée est trop tonique au moment de l’accouchement, tu n’y échapperas pas. J’ai eu le droit à trois points effectués sous anesthésie locale. L’obstétricien m’a laissée le choix d’en faire une ou non. Souhaitant éviter une grosse déchirure, j’ai immédiatement dit oui. Je n’ai ressenti aucune douleur ni pour la piqûre ni l’incision. Et puis tu es tellement concentrée sur autre chose que tu n’y prêtes pas attention.

Le suivi de l’épisiotomie est relativement simple : les SF vérifient tout éventuel gonflement ou infection près des points. Ces derniers tomberont seuls au bout de 10/15 jours. Durant cette période, tu ressentiras peut-être des brûlures lors de la miction et il faudra être particulièrement soigneuse lors de la toilette.

Par ailleurs les douleurs liées à celle-ci peuvent perdurer jusqu’à six semaines post-accouchement et dans des cas extrêmes six mois. Si tu sens une gène ou si tu as mal pendant plus de 5/6 mois, tu devras consulter un médecin rapidement.

 

Les lochies

C’est joli comme mot hein ? La réalité est moins charmante ! Les lochies sont des saignements post-partum abondants qui surviennent juste après l’accouchement (que ce soit par voie basse ou césarienne). Quand je dis « abondants » c’est que tu devras porter des garnitures et des slips filets (autrement dit des couches). C’est pas glamour hein mais surtout pas agréable à porter … Je te conseille soit les culottes menstruelles ou alors les slips jetables du type Always Discreet. C’est quand même nettement plus discret.

Combien de temps ça dure ?

Ça dépend mais compte environ trois semaines au cours desquelles le flux abondant se transformera en saignement de fin de règles. C’est le temps que ça a duré pour moi il me semble. Les premiers jours c’est un peu flippant et j’ai eu l’impression de me vider littéralement de mon sang. La suite a été plus cool à gérer (comme des règles quoi).

 

Les tranchées

Les tranchées définissent les contractions post-partum qui aident l’utérus à se rétracter pour retrouver sa taille initiale (il passe quand même de la taille d’une figue à une pastèque en neuf mois). En principe, on les ressent juste après l’accouchement et jusqu’à 3 semaines après. Personnellement, je n’ai pas le souvenir d’en avoir ressenti donc je ne saurai pas te décrire leur intensité. D’après mes lectures sur le sujet, il est normal que je n’ai rien senti comme il s’agissait de ma première grossesse. Les douleurs de ces contractions post-partum apparaissent dès la seconde grossesse et sont amplifiées avec l’allaitement.

 

La reprise du transit

On continue dans les sujets ultra sexy visiblement !

Durant ton séjour à la maternité, les sages-femmes passeront tous les jours pour les soins de ton bébé mais aussi pour ton suivi post-partum. Cela passe par l’inévitable question : « Vous êtes allée à la selle aujourd’hui ? ». Car oui, le transit ayant été modifié pendant la grossesse et enfin l’accouchement, elles s’assurent que tout revienne à la normale avant ta sortie. Certains hôpitaux ne te laisseront pas sortir si tout n’est pas OK. Tu te verras donc prescrire des suppositoires à la glycérine pour régler ce souci.

 

La montée de lait

Les montées de lait apparaîtront entre le troisième et le quatrième jour post-partum. C’est une sensation étrange que de sentir sa poitrine se durcir et gonfler lorsque bébé pleure par exemple. Pour te soulager, tu pourras mettre un linge dans lequel tu auras mis des glaçons. Cela te fera le plus grand bien.

Que tu allaites ou non, ce phénomène t’arrivera donc prends soin de ta poitrine !

Il faut aussi t’attendre à des fuites intempestives de lait à tout moment de la journée. Pour parer à ça, des petits coussinets en bambou glissés dans le soutien-gorge et le tour est joué !

La fréquence des montées de lait augmentera à mesure que bébé tétera. A l’inverse, moins ta poitrine sera sollicitée, plus elles s’espaceront et tu finiras par ne plus produire de lait. C’est ainsi qu’on les arrête et non plus avec des médicaments.

 

Les changements physiques

C’est surement la partie la plus difficile à accepter. Parce que non, on ne ressort pas de la maternité mince comme les célébrités qu’on voit sur Instagram. La vérité c’est que tu ne vas pas remettre tes vêtements d’avant grossesse le jour de la sortie. Attends-toi plutôt à adopter une tenue confortable, qui se serrera pas ton ventre … en gros, tes vêtements de grossesse.

Il faut savoir que même si bébé est sorti et que tu as perdu pas loin d’une dizaine de kilos en moyenne (entre le poids de l’enfant, le placenta et les divers fluides supplémentaires en toi), ton ventre lui restera un peu gonflé. Ce sont les tranchées et les locchies qui font faire que ton utérus va réduire et finir par reprendre sa taille initiale. En attendant, tu auras un petit ventre mou, parfois flasque et plein de vergetures. Mais ça ne sera que temporaire. Tout rentrera rapidement dans l’ordre une fois que tu pourras reprendre une activité physique.

Aujourd’hui je suis à presque deux mois post-partum et j’ai toujours mes vergetures et la peau du ventre distendue. Je traite tout ça tranquillement, à mon rythme, sans me prendre la tête. Pour ça, j’utilise B-Oil et je compte faire mon propre baume à la rose musquée, réputée régénératrice pour continuer mes soins.

Je ne suis en aucun cas gênée par ces cicatrices qui sont le témoignage de neuf mois de collocation avec Halley. C’est juste le fait d’être entre deux tailles qui est super chiant à gérer.

 

L’aspect psychologique

Le Baby blues

Après la naissance et notamment à partir du 3ème jour, tu peux te sentir fragile, vulnérable, anxieuse ou être sujette à des sautes d’humeur. C’est ce qu’on appelle le syndrome du troisième jour. Normalement cela ne durera que quelques jours : c’est ça le baby blues. Par exemple pour moi ça s’est manifesté par une crise de larmes incontrôlable concernant le sujet de l’allaitement – Sujet que j’ai abordé dans cet article. Tout a été résolu quand je suis rentrée chez moi le lendemain. Mais si tu sens que cette fragilité, cet épisode dépressif dure plus d’une dizaine de jours et qu’il s’accompagne d’un manque de patience, d’énervement, n’hésite pas à consulter un psychologue pour te faire aider et ne pas tomber dans une dépression post-partum.

Femme, épouse ou maman ? 

Je vais être tout fait honnête et transparente : les premières semaines, tu seras maman à 100% voire plus. Personnellement, je n’avais pas du tout le temps d’être autre chose que la mère de Halley. Avoir un enfant c’est extrêmement énergivore donc aucune place pour le reste.

Ta vie de couple en pâtira au début, c’est inévitable. Le temps que chacun trouve sa place au sein de cette nouvelle entité qu’est ta famille. Et puis, selon les médecins, la femme a besoin d’environ six semaines pour retrouver un début de libido et de vie de femme. Le tout est de ne pas se mettre la pression. Ça peut être six semaines, comme trois ou huit, peu importe. Comme toujours la communication est la clé pour reprendre sa vie de femme.

N’oublie pas non plus de sortir avec tes ami(e)s sans bébé, histoire d’avoir une vie sociale qui ne se limite pas à des « Areuh ». C’est ce que je fais : Halley reste avec son papa et moi je pars rejoindre mes ami(e)s pour un déjeuner, un dîner ou un apéro. Ça me fait du bien de voir du monde et quand je rentre à la maison, je suis d’attaque et totalement disponible pour reprendre le relais.

 

Mon expérience

Il faut savoir qu’un post-partum se prépare. C’est en écoutant le podcast de La Matrescence que je l’ai appris. Je suis tombée dessus par hasard et j’aurais vraiment aimé le connaître bien avant pour me sentir mieux durant mes premiers moments dans ce nouveau rôle.

Je me suis souvent sentie démunie au point de me dire que j’étais une mauvaise mère et que je n’étais pas faite pour ça. Ces podcasts m’auraient sûrement donné des clés pour réussir à chasser ces idées de mon esprit pour me recentrer exclusivement sur le bien-être de ma fille.

De ce fait, j’invite chaque future maman à écouter ce podcast qui regorge de témoignages précieux et notamment l’épisode 25 de la saison 2 qui parle du post-partum. Une vraie mine d’or pour réussir son quatrième trimestre, un trimestre aussi important que les trois précédents ! Car non, tout ne s’arrête pas une fois le bébé sorti. Un post-partum « raté » peut entacher un début de maternité et laisser de mauvais souvenirs. Alors fais-toi confiance, instruis-toi si nécessaire et ne doute jamais de toi et tes capacités !

 

One Comment

  • Icetea

    Coucou

    Pour couper les montées de lait lorsqu’on allaite pas (ça va de soit hein) l’homéopathie, jai aussi un bon Remède de grand-mère : mettre des feuilles de chou ou du persil dans le soutien-gorge. Perso pour mon premier ils ont tellement gonflé( plus gros qu’une tête de bébé ) que j’avais pris les soutiens-gorge post cancer de ma mère qui compressent (trop) rempli de persil. Cest pas super agréable l’odeur, la sensation mais c’est tellement efficace.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *