troisième trimestre
Mum to be

Mon troisième trimestre : la dernière ligne droite

C’est le moment le plus attendu de notre côté : le troisième trimestre ! Après des mois d’attente, la fin arrive à grands pas. Je te raconte dans cet article surtout comment j’ai vécu ces derniers moment rien qu’à nous deux.

Bien sûr, cet article et notamment mes sentiments sont personnels et chaque future maman vit ce trimestre différemment. Je ne juge personne sur la gestion de ses émotions, je partage seulement les miennes avec toi.

 

Les examens du troisième trimestre

La dernière échographie officielle

Pierre n’a pas pu y assister mais la sage-femme a accepté que nous fassions un FaceTime. Evidemment c’est différent mais c’est toujours ça de pris. A l’issue de cette échographie, Bibouille faisait 1.8 kg pour 41 cm et qu’elle était estimée à environ 3.8 kg… Youpi ?

Je suis ravie que cet examen n’ait rien révélé de grave pour la petite et maintenant on attend la suite avec grande impatience !

 

Le fameux test du glucose

J’avais fait la maligne à dire que j’avais pu y échapper … Ça m’apprendra ! Mon obstétricienne m’a prescrit le fameux HPVO (hypoglycémie provoquée par voie orale) et j’étais franchement pas ravie. Mais bon, c’est pour le bien de la petite donc let’s go ! Me voilà donc à jeun depuis 12h et prête à « affronter » ce test que personne ne veut passer. Pour être honnête, ce n’est pas bon mais j’ai bu pire (le smecta par exemple…). Je ne suis pas très aliments sucrés depuis le début de la grossesse donc j’ai été très vite écœurée mais ça restait largement supportable. Le plus pénible c’est l’attente. Le test se passe de la manière suivante :

  • Une prise de sang à jeun
  • Une autre prise de sang une heure après la prise du glucose
  • Une dernière deux heures après avoir bu la potion magique

C’est méga long comme examen alors fais en sorte que ta batterie soit au maximum pour ne pas t’ennuyer ! Tout cela pour finalement me faire entendre dire que je n’ai pas de diabète ! C’était pour le bien de Baby Girl alors il fallait le faire.

 

Les rendez-vous avec l’obstétricienne

Quand on accouche dans une clinique, l’obstétricienn/ne est la personne qui nous accompagnera lors de l’accouchement. Mon choix du praticien a été une évidence pour moi : j’ai choisi la personne qui m’avait annoncé ma fausse couche. Pourquoi ? Simplement car lors de ce moment difficile, elle avait été si humaine et compréhensive que je m’étais sentie en confiance avec elle. Du coup, pas besoin de chercher plus loin qu’à la clinique en face de chez moi.

Le septième mois

Ceux qui me connaissent savent que je suis une très grande stressée de la vie alors le simple rendez-vous du 7e mois m’a rendue nerveuse. Pourtant rien d’incroyable au cours de celui-ci : la gynécologue m’a posée des questions pour connaître mes antécédents médicaux et mon état de santé actuel. Après ce questionnaire, première mauvaise nouvelle : malgré les bons résultats de mes analyses, le test du glucose est finalement pour moi – merci le surpoids …

Elle fait une échographie de contrôle pour voir si le col n’a pas bougé et si le bébé est bien placé. Elle a aussi pris la tension, qu’il faut surveiller pendant la grossesse, et là … 15/9 ! Elle a recommencé à trois reprises et toujours le même résultat : du coup direction la maternité pour voir d’où cela peut venir.

Mon passage imprévu à la maternité

Eh bien c’est génial ça … Me voilà donc partie à pied rejoindre ma maternité à quelques mètres de là ! La pandémie actuelle m’oblige à passer par la tente Covid devant les urgences pour une prise de température. Une fois dans la maternité calme et vide, on me met dans une salle de travail pour un monitoring et un bilan sanguin complet. Heureusement ma tension était redevenue normale, mon bilan était bon : je pouvais rentrer tranquillement à pied chez moi. Ça devait sûrement être le stress et la chaleur qui ont fait monter ma tension. L’idée d’être hospitalisée à plus de deux mois de l’accouchement m’a clairement fait stressée mais je suis ravie que tout ce que bien terminé.

Depuis j’ai observé qu’avant chaque rendez-vous médical je fais une hausse de tension (par stress ?) et tout redevient normal quelques minutes après.

Le neuvième mois

Le dernier mois, c’est LE mois qu’on attend lors de la grossesse. Evidemment, il y a toujours le RDV obligatoire avec l’obstétricienne. Comme habituellement, elle vérifie si le bébé va bien, si le niveau du liquide amniotique est suffisant pour la fin de la grossesse et estimer une dernière fois le poids de naissance. (Bon moi ça n’a toujours pas changé niveau pronostic).

On doit également passer un monitoting qui se fait généralement deux semaines avant la date prévue de l’accouchement. C’est le moment où les sage-femmes font ton dossier d’admission pour t’accueillir et où tu pourras leur poser les dernières questions qui te restent en tête.

Lors du monitoring, les sage-femmes contrôlent si tu ne fais pas d’hypertension par un test urinaire et surveillent le rythme cardiaque du bébé ainsi que les éventuelles contractions que tu peux ressentir. Visiblement, j’en ai mais je ne les sens pas toujours … Tu restes donc au calme pendant une grosse demie heure dans une salle de travail pour cet examen.

C’est officiellement ton dernier examen avant la grande rencontre !

 

Le troisième trimestre et moi

Comme je l’expliquais au début de cet article, il est important pour moi de dire la vérité sur comment je me sens depuis ces trois derniers mois, tant physiquement que psychologiquement.

Physiquement

Bon ça ce n’est un secret pour personne : le troisième trimestre, ce n’est pas le trimestre du glamour. Je marche comme un croisement entre un canard et une baleine, je suis essoufflée rien qu’en montant les deux étages de chez moi … Physiquement c’est parfois super éprouvant de faire les choses simples du quotidien sans devoir m’asseoir cinq minutes ou me sentir fatiguée.

Niveau corps, il y a eu pas mal de changements physiques. De nombreuses vergetures sont apparues sur mon ventre et je le vis plutôt bien. J’aurais pensé être dégouttée de mon corps en le voyant évoluer ainsi mais non. Il se modifie pour une raison et je l’accepte.

Les jambes poteaux, on adore ! La chaleur des derniers jours n’a pas été bénéfique pour mes jambes qui se sont mises à gonfler. Heureusement, je porte des bas de contention (top glamour) pour diminuer l’effet knaki.

Baby Girl n’est pas là mais les nuits sont déjà courtes. Je dois me lever deux à trois fois par nuit et j’ai du mal à retrouver le sommeil derrière. Du coup, mes nuits se limitent à 4-5 heures, que je compense par des siestes assez longues dans la journée.

Psychologiquement

C’est clairement les montagnes russes de ce côté. Une fois j’angoisse d’accoucher, de perdre les eaux dans un endroit que je ne connais pas. La fois d’après, je cherche sur internet comment accélérer le travail pour rencontrer ma fille plus vite. C’est assez difficile à gérer émotionnellement mais je me dis que ce sont les hormones qui travaillent et me font ressentir cela. En plus de ça, je dois gérer l’impatience du futur papa qui n’a qu’une hâte : rencontrer sa fille !

Honnêtement, nous avons l’impression que ce dernier mois de grossesse dure depuis au moins deux ans ! On m’avait prévenu sur le fait que ce mois pouvait paraître long. Mais je ne pensais pas que ce serait aussi long ! Il reste moins de deux semaines maintenant avant que notre impatience prenne fin alors HAUT LES CŒURS !

 

Profitons de nos derniers jours en amoureux avant de devenir parents !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *